PEN International Case List 2020 / Liste de cas 2020 de PEN International


May 17: PEN International will release its yearly Case List on Friday 21 May. PEN International Case List 2020 provides a global overview of attacks, imprisonment and persecution of writers and those who use the written word to express themselves, including an overview of key events that have impacted on freedom of expression by regions, and a summary of cases of writers and journalists of concern to PEN.

2020 saw a global COVID-19 pandemic which brought much of the world to a halt. This year’s Case List records the impact of the pandemic on writers in their attempts to speak out under lockdowns and other restrictions imposed during the current crisis.

“The pandemic has allowed governments to impose strict controls and restrictions on civil liberties… Restricting a large number of people to meet in public may be necessary, but restricting journalists from reporting on that is not. Challenging conspiracy theories is essential, but jailing commentators or writers who question the authorities is not. Being transparent about government policy is crucial, but dismissing critics as purveyors of fake news, and worse, prosecuting them, is not”. Salil Tripathi, Chair of PEN International’s Writers in Prison Committee

Many authoritarian governments saw the pandemic as an opportunity to further stifle critics. In China, for example, coronavirus prevention checks have been used to gain access to the home of a dissident writer who was then arrested.

Restrictions on public gatherings meant that the opportunity to protest was severely curtailed. Many of the thousands that took to the streets in countries including Belarus, Uganda, Nigeria, Tanzania and the USA, were met with detentions, police violence, bans on social media and attacks on the press. In Zimbabwe two people, one of whom is a writer, were arrested, ostensibly for breaking COVID-19 regulations after staging a two-person protest criticising the government. Both wore face coverings and were walking in a largely empty street.

In some countries COVID-19 regulations have entered the realm of insult and defamation laws used to suppress criticism of governments. In Iran staff members of a newspaper were arrested for insulting the country’s leadership in a cartoon that suggested that Ayatollah Ali Khamanei recommended fake remedies for the virus.

New laws and tighter regulations linked to COVID-19 led to increasing control of digital communication, including digital blackouts where the virus is dominant or in areas of conflict such as in Myanmar and in Ethiopia.

In total, 220 attacks on writers were reported in 2020. While there were no reported murders of writers, the killings of journalists continued unabated, with the Committee to Protect Journalists recording at least 32 killed in 2020. 22 had been singled out in retaliation for their reporting, double the number for 2019. Mexico and Afghanistan were the deadliest countries for reporters.

Alongside the new cases linked to the current pandemic, this year’s Case List features long-term cases that are often forgotten. In Turkey, several writers and over 40 journalists who were arrested between 2009 and 2010 and who spent periods in prison before being released on trial, are now entering their tenth year of court hearings with no end in sight. In Eritrea, five writers

have been held since 2001 and are entering their twentieth year in prison, with their whereabouts unknown.

The PEN International Case List 2020 also features the case of 44 women writers who suffered imprisonment, trial, attack and threats for standing up against human rights abuses, exposing corruption, challenging the powerful, and defending minority rights. These cases include:

· Writer and rights activist Golrokh Ebrahimi Iraee (Iran), who continues to be held in dire conditions in an Iranian jail for her unpublished book that features the stoning to death of a woman;

· Writer Patrícia Campos Mello (Brazil), whose investigation into reports of illegal financing of President Jair Bolsonaro’s election campaign led to her being accused of being willing to trade sexual favours for information;

· The feminist arts collective LasTesis (Chile), who in 2020 worked with the Russian punk feminist band Pussy Riot to produce a video denouncing police violence, the increase of domestic abuse under the pandemic and social inequality, and for which they were accused of threatening violence against the police.

The Case List 2020 will be launched on Friday 21 May, at 15.15 GMT, during the PEN International Writers in Prison Committee and The International Cities of Refuge Network meeting, and will be streamed on PEN International YouTube channel and Facebook page. Sara Whyatt, the Case List’s editor, will be in conversation with PEN International’s team of regional experts to discuss key findings, as well as present thoughts on future threats to freedom of expression.

Notes to editors:

· PEN International activities to celebrate the launch of the Case List 2020 are part of a series of events planned throughout 2021 to mark PEN International’s Centenary. Founded in 1921 by English writer Catherine Amy Dawson Scott, PEN International has spent 100 years celebrating literature and protecting freedom of expression. You can stand up for persecuted writers by making a donation today.

· For further information, please contact Sabrina Tucci, Communications and Campaigns Manager, Sabrina.Tucci@pen-international.org t. +44 (0)20 7405 0338 |Twitter: @pen_int | Facebook: www.facebook.com/peninternatio... | www.pen-international.org





Liste de cas 2020 de PEN International

17 mai : PEN International publiera sa liste de cas annuelle le vendredi 21 mai. La liste de cas 2020 de PEN International offre un panorama mondial des attaques, détentions et persécutions de ceux qui utilisent l’écrit pour s’exprimer, y compris une vue d’ensemble des événements clés qui ont impacté la liberté d’expression par régions ainsi qu’un relevé des cas d’écrivains et de journalistes qui inquiètent PEN.

L’année 2020 a connu une pandémie mondiale de COVID-19 qui a mis à l’arrêt une grande partie du monde. La liste de cas de cette année recense l’impact de la pandémie sur les écrivains qui ont essayé de s’exprimer en période de confinement et de restrictions imposées pendant la crise actuelle.

« La pandémie a permis aux gouvernements d’imposer des contrôles stricts et des restrictions sur les libertés civiles…Restreindre les grands rassemblements publics de personnes peut être nécessaire mais empêcher les journalistes d’informer sur ce sujet ne l’est pas. Combattre les théories complotistes est essentiel mais arrêter les commentateurs et écrivains qui interrogent les autorités ne l’est pas. Être transparent sur la politique gouvernementale est crucial mais rejeter les critiques au motif qu’elles alimenteraient les « fake news » et pire les poursuivre en justice ne l’est pas. » Salil Tripathi, président du Comité des écrivains en prison de PEN International.

Beaucoup de gouvernements autoritaires ont vu la pandémie comme une opportunité d’étouffer davantage les critiques. En Chine, par exemple, des contrôles pour la prévention du coronavirus ont été utilisés pour accéder au domicile d’un écrivain dissident qui alors a été arrêté.

Les restrictions relatives aux rassemblements publics ont entraîné une réduction très importante des opportunités de manifester. Un grand nombre des milliers de personnes qui sont descendues dans les rues dans des pays incluant la Biélorussie, l’Ouganda, le Nigéria, la Tanzanie et les USA ont été confrontées à des détentions, des violences policières, des interdictions sur les réseaux sociaux et des attaques dans la presse. Au Zimbabwe, deux personnes dont un écrivain ont été arrêtées pour avoir ostensiblement violé les règles relatives au COVID-19 après avoir organisé une manifestation de deux personnes critiquant le gouvernement. Toutes les deux portaient des masques et ont marché dans une rue pratiquement déserte.

Dans certains pays, les règles relatives au COVID-19 ont pénétré le domaine des lois sur la diffamation et les injures utilisées pour supprimer toute critique des gouvernements. En Iran, des employés d’un journal ont été arrêtés pour avoir insulté les dirigeants du pays dans un dessin humoristique qui suggérait que l’ayatollah Ali Khamanei recommandait un faux traitement pour le virus.

Des lois nouvelles et des règles plus strictes relatives au COVID-19 ont conduit à un contrôle accru des communications numériques, y compris des black-out là où le virus est prédominant ou dans des zones de conflits comme le Myanmar et l’Ethiopie.

Au total, 220 attaques contre des écrivains ont été recensées en 2020. Si aucun assassinat d’écrivains n’a été rapporté, les massacres de journalistes ont continué sans relâche et le Comité de protection des journalistes a recensé au moins 32 morts en 2020. Vingt-deux ont été visés par mesure de représailles pour leurs reportages, le double de 2019. Le Mexique et l’Afghanistan ont été les pays les plus meurtriers pour les journalistes.


A côté des nouveaux cas liés à la pandémie actuelle, la liste de cas de cette année met en évidence des cas qui sont souvent oubliés. En Turquie, plusieurs écrivains et plus de 40 journalistes arrêtés entre 2009 et 2010 qui ont passé des périodes en prison avant d’être libérés pour le procès entrent maintenant dans leur 10e année de procédure sans conclusion en vue. En Erythrée, cinq écrivains sont détenus depuis 2001 et entrent dans leur 20e année en prison, sans que l’on sache où ils se trouvent.

La liste de cas 2020 de PEN International comprend également le cas de 44 écrivaines qui ont subi la prison, un procès, des attaques et des menaces pour avoir défendu des violations des droits humains, dénoncé la corruption, défié le pouvoir et soutenu les droits des minorités. Ces cas incluent :

  • Golrokh Ebrahimi Iraee (Iran), écrivaine et activiste pour les droits, qui est toujours détenue dans des conditions désastreuses dans une prison iranienne pour son livre non publié sur la lapidation d’une femme ;

  • Patricia Campos Mello (Brésil), écrivaine, dont l’enquête sur les accusations de financement illégal de la campagne électorale du président Jair Bolsonaro l’a conduite à être accusée de vouloir échanger des faveurs sexuelles contre des informations ;

  • Las Tesis (Chili), collectif féministe, qui a travaillé en 2020 avec le groupe de punk rock féministe russe Pussy Riot pour produle elles ont été accusées de violences menaçantes contre la police.ire une vidéo dénonçant les violences policières, l’augmentation des violences domestiques en temps de pandémie et les inégalités sociales et pour laquel

La liste de cas 2020 de PEN International sera communiquée le vendredi 21 mai à 15 h 15 (GMT), lors de la réunion du Comité des écrivains en prison de PEN International et du Réseau international des villes refuges et sera diffusée sur la chaîne YouTube de PEN International et sur sa page Facebook. Sara Whyatt, rédactrice en chef de la liste de cas échangera avec l’équipe d’experts régionaux de PEN International pour débattre des éléments clés et également des menaces présentes et futures contre la liberté d’expression.

Notes aux rédactions :

  • Les actions de PEN International pour célébrer le lancement de la liste de cas 2020 font partie d’une série d’événements plannifiés tout au long de l’année 2021 pour marquer le centenaire de PEN International. Fondé en 1921 par l’écrivaine anglaise Catherine Amy Dawson Scott, PEN International a passé 100 ans à célébrer la littérature et à protéger la liberté d’expression. Vous pouvez soutenir les écrivains persécutés en faisant un don aujourd’hui ;

  • Pour plus d’informations, merci de contacter Sabrina Tucci, Communications and Campaigns Manager, Sabrina.Tucci@pen-international.org t. +44 (0)20 7405 0338 |Twitter: @pen_int | Facebook: www.facebook.com/peninternatio... | www.pen-international.org

  • Traductrice: Marie Brajeux

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic